Paris : des places d'hébergement pour les SDF vont êtres ouvertes dans plusieurs mairies, dont l'Hôtel de Ville

Une personne sans abri dort dans la rue, à Paris le 7 décembre 2017.
Une personne sans abri dort dans la rue, à Paris le 7 décembre 2017. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Une halte de nuit réservée aux femmes sans abri va ainsi être créée dans le bâtiment qui abrite la Mairie de Paris, annonce Anne Hidalgo.

Face au manque de places d'hébergement d'urgence dans la capitale, Paris va ouvrir plusieurs de ses mairies aux SDF cet hiver. C'est Anne Hidalgo qui l'annonce dans un entretien au JDD, dimanche 14 octobre. L'Hôtel de Ville est notamment concerné.

"J'ai tenu à créer une halte de nuit dédiée aux femmes dans l'Hôtel de Ville de Paris", qui pourra accueillir une cinquantaine de SDF, et jusqu'à une centaine en situation de grand froid, explique Anne Hidalgo. Deux salons du bâtiment "seront transformés en accueil de jour – des repas seront servis et des soins prodigués – ainsi qu'en halte de nuit, avec des lits, des dortoirs, des blocs sanitaires", et le lieu sera "pérenne", assure-t-elle.

Par ailleurs, "plusieurs mairies d'arrondissement – de gauche comme de droite – ont accepté d'ouvrir des places d'hébergement dans leurs locaux", affirme Anne Hidalgo, sans préciser lesquelles.

"Il manque près de 3 000 places"

La Mairie de Paris avait procédé à un recensement qui avait dénombré près de 3 000 personnes sans abri dans les rues en février dernier. "Il manque donc près de 3 000 places d'hébergement d'urgence dans la capitale, déduit Anne Hidalgo. Je me suis engagée à ce que la Ville fasse la moitié du chemin. Plus de 800 ont déjà été créées dans nos bâtiments depuis février, 700 seront ouvertes d'ici à début 2019. L'Etat est chargé de créer les 1 500 autres".

Outre les mairies, l'élue compte utiliser des bâtiments vacants et des lieux municipaux en fonctionnement. Elle lance aussi un appel aux entreprises pour mettre leurs locaux inoccupés à disposition des plus démunis. Elle plaide, enfin, pour la réouverture d'un "vrai centre de premier accueil" des migrants à Paris, après la fermeture de celui de la porte de la Chapelle, fin mars.

Vous êtes à nouveau en ligne