Logement indigne : marche de la colère à Marseille

FRANCEINFO

Des milliers de manifestants en colère ont défilé à Marseille (Bouches-du-Rhône), samedi 9 novembre, un après l'effondrement meurtrier de deux immeubles. Selon la Fondation Abbé-Pierre, 100 000 Marseillais vivent dans des logements insalubres.

Un an après l'effondrement de deux immeubles, rue d'Aubagne à Marseille (Bouches-du-Rhône), des milliers de personnes sont descendues dans les rues, samedi 9 novembre. Dans le cortège, la colère des Marseillais était palpable. La veille, un rapport accablant de la Chambre régionale des comptes épinglait la mauvaise gestion de la municipalité présentée comme "dépourvue de l'état de santé de ses bâtiments et des dépenses d'entretien qu'ils nécessitaient". Les manifestants ne sont pas étonnés de ce constat sur le mal-logement.

Échauffourées devant la mairie

La majorité municipale réfute ces accusations. "Nous trouvons que ces rapports sont partiels, partiaux, pauvres en analyse et manquant de rigueur déontologique et donc nous les contestons fortement", estime Yves Moraine, maire LR des 6e et 8e arrondissements de Marseille. La marche citoyenne s'est terminée aux pieds du bureau de Jean-Claude Gaudin, le maire de la cité phocéenne, sur le Vieux-Port. Quelques échauffourées ont éclaté en fin d'après-midi entre forces de l'ordre et manifestants. Bilan : dix interpellations et un policier blessé.

Vous êtes à nouveau en ligne