VIDEO. Hébergement d'urgence : Julien Denormandie annonce l'ouverture de 14 000 "places temporaires supplémentaires"

franceinfo

Ces places seront ouvertes "le temps d'un hiver, mais une partie d'entre elles seront pérennisées", annonce mercredi sur franceinfo Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement.

"On va ouvrir des places temporaires supplémentaires, 14 000 de plus", a annoncé mercredi 30 octobre sur franceinfo Julien Denormandie, ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chargé de la Ville et du Logement, alors que 612 SDF sont morts en 2018, selon les chiffres du collectif Les morts de la rue.

Places supplémentaires, "une partie d'entre elles seront pérennisées"

Ces places seront ouvertes "le temps d'un hiver, mais une partie d'entre elles seront pérennisées", a-t-il précisé. Actuellement, il y a 146 000 places d'hébergement d'urgence "ouvertes par l'État, avec les collectivités et les associations. C'est l'équivalent d'une ville comme Le Mans", a-t-il ajouté. Cela fera donc un total de 160 000 places cet hiver.

Le nombre de places d'hébergement a augmenté de "manière extrêmement significative depuis deux ans", mais cela ne suffit pas, a expliqué Julien Denormandie.

On a pérennisé plus de 15 000 places supplémentaires.

Julien Denormandie

sur franceinfo

"La rue ça tue et malheureusement vous avez encore des milliers de personnes qui sont encore dans la rue. Ce sont des drames, des personnes qui sont dans une très grande détresse. La rue tue l'hiver, mais aussi l'été", a rappelé le ministre.

Pour Julien Denormandie, "chaque personne qui décède est un immense drame, chaque personne à la rue est un échec collectif, un échec de société. Il faut avoir beaucoup d'humilité" parce que, malgré les "efforts" du gouvernement, "vous avez encore des personnes qui dorment à la rue. Il faut trouver des solutions à long terme." Pour lutter contre les expulsions, "il faut prévenir", estime le ministre de la Ville et du Logement. "On a mis en place une politique d'accompagnement."

Vous êtes à nouveau en ligne