Hausse des coupures d'électricité ou de gaz pour impayés : "C’est révélateur de la paupérisation d’une partie de notre société" selon le médiateur de l’Énergie

Le médiateur national de l\'Énergie Jean Gaubert, en 2016.
Le médiateur national de l'Énergie Jean Gaubert, en 2016. (NICOLAS KOVARIK / MAXPPP)

Jean Gaubert estime sur franceinfo qu'il y a 7 à 8 millions de "passoires énergétiques" en France et demande une accélération des programmes de rénovation énergétique. 

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La hausse des coupures d'électricité ou de gaz pour impayés au premier semestre 2019 "est révélateur de la paupérisation d'une partie de notre société", a affirmé sur franceinfo mardi 8 octobre le médiateur national de l'Énergie, Jean Gaubert. Les données provisoires pour le 1er semestre 2019 font état d'une hausse de 18% en électricité et de 10% en gaz naturel par rapport au 1er semestre 2018.

Le médiateur national de l'Énergie préconise l'accélération forte des "programmes de rénovation énergétique", alors qu'il estime à 7 à 8 millions, le nombre de logements indignes, dits "passoires énergétiques" en France.

franceinfo : Pourquoi êtes-vous inquiet ?

Jean Gaubert : Nous avons eu connaissance des chiffres de coupures d'énergie, de gaz et d'électricité, du premier semestre 2019 et nous notons une hausse relativement sensible de ces coupures qui dénotent des difficultés pour nos concitoyens à assumer leur facture. Certes, l'hiver n'a pas été tellement plus froid, mais il a été plus humide et quand l'hiver est très humide, on consomme aussi beaucoup, et le printemps l'a été aussi. C’est peut-être une des raisons. Peut-être, y a-t-il aussi certains opérateurs qui tirent plus vite que leur ombre, avec une tentation un peu plus grande à couper plus rapidement. Ça montre en tout cas, et c'est ce qu'on dit depuis longtemps, que le coût de l'énergie est un facteur très compliqué pour nos concitoyens.

L'énergie est-elle devenue trop chère ?

Est-ce que ce sont les revenus qui ne sont pas assez élevés ou l'énergie qui est trop chère ? Beaucoup de nos concitoyens ont du mal à payer leurs factures alors que c'est un bien essentiel. Il y a une très très faible part de mauvais payeurs. Et il y a parmi tous ces gens-là, beaucoup de familles qui n'ont plus les moyens d'assumer l'ensemble des charges du foyer parce que si elles subissent une coupure d'électricité, c'est que certainement partout ailleurs dans le budget familial, les choses sont très compliquées.

Quels recours ont ces familles qui n'arrivent pas à payer leurs factures de gaz et d'électricité et qui se voient couper leur énergie ?

Quand on n'arrive pas à payer sa facture, il faut s'en ouvrir d'abord à l'opérateur qui a des services spécialisés pour les gens en difficulté, pour trouver les solutions, des étalements. On peut aussi aller vers les services sociaux pour obtenir un certain nombre d'aides et aussi vérifier qu’on touche bien le chèque-énergie auquel on peut avoir droit. Il ne faut surtout pas s'enfermer, il faut vraiment agir pour voir comment on peut faire pour éviter la coupure. Mais au fond, ce que ça révèle, c'est que nous avons besoin d'accélérer très fortement les programmes de rénovation énergétique. Nos concitoyens qui sont dans cette situation ont des faibles revenus et avec des faibles revenus, ils ne peuvent avoir que des loyers bas et s'ils ont des loyers bas, ils ont souvent des logements de mauvaise qualité et donc une facture plus élevée. C'est vraiment révélateur de la paupérisation d'une partie de notre société. Nous avons 7 à 8 millions de logements indignes dits "passoires énergétiques" dans ce pays et c'est tout à fait inacceptable.

Vous êtes à nouveau en ligne