Immobilier à Paris : la mairie annonce un nouveau dispositif pour "diviser par deux le prix de l'accession à la propriété"

Ian Brossat, adjoint à la mairie de Paris chargé du logement, le 20 novembre 2017.
Ian Brossat, adjoint à la mairie de Paris chargé du logement, le 20 novembre 2017. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

Selon l'adjoint au logement à la mairie de Paris, ce dispositif permettra d'avoir "des centaines de logements moins chers que ce qu'on a aujourd'hui".

L'adjoint au logement à la mairie de Paris, Ian Brossat, annonce sur franceinfo jeudi 29 août qu'un nouveau dispositif sera lancé "d'ici la fin de l'année" pour permettre de "diviser par deux le prix de l'accession à la propriété", alors que le prix moyen au mètre carré dans la capitale a franchi le seuil symbolique des 10 000 euros.

"Nous allons pouvoir mettre en place un nouveau dispositif pour que vous n'achetiez que le bâti et non plus le foncier. La Ville de Paris restera propriétaire du foncier et vous n'achèterez que le bâti. Alors que quand vous achetez aujourd'hui, vous achetez à la fois le terrain et l'appartement qui est au-dessus", explique l'élu communiste.

Nous pourrons alors mettre en place des logements à moitié prix par rapport à ce qui se fait aujourd'hui. Ce sera à destination des classes moyennes qui travaillent à Paris et qui veulent pouvoir y vivre.Ian Brossatà franceinfo

Cette mesure, dont le décret "existe", précise Ian Brossat, "concernera un maximum de logements", même s'il reconnaît qu'il y a "peu de foncier à Paris". "Mais à chaque fois qu'on aura la possibilité de faire cela, nous le ferons. Cela permettra d'avoir des centaines de logements moins chers que ce qu'on a aujourd'hui. Il faudra y mettre le budget, notamment dans la prochaine mandature, mais ce sera à l'évidence l'un des sujets de la prochaine campagne municipale."

100 000 logements vacants

À ses futurs opposants pour les municipales à Paris en 2020 qui veulent faire du logement l'une de leurs thématiques de campagne, Ian Brossat répond : "On a affaire à des gens qui se sont, pour une bonne part, opposés à l'encadrement des loyers, au logement social, à la lutte contre Airbnb et qui expliquent que les prix sont trop chers."

Il faut arrêter ce grand numéro de faux-cul.Ian Brossatà franceinfo

Pour faciliter l'accès au logement des plus faibles revenus, l'adjoint chargé du logement demande également au gouvernement "de faire en sorte que les villes puissent réquisitionner elles-mêmes, que le droit de réquisition relève non plus de l'État mais des villes".

"On a 100 000 logements vacants à Paris et quand nous demandons au préfet de réquisitionner, il nous explique qu'il ne peut réquisitionner que si le propriétaire est d'accord. Résultat : on ne réquisitionne rien. Je demande au gouvernement. Après tout, les élus locaux ne sont pas les plus mal placés pour savoir ce qui serait pertinent", poursuit Ian Brossat.

Vous êtes à nouveau en ligne