"Ils nous virent pour nous remplacer par les touristes" : à Lisbonne, les prix de l'immobilier s'envolent

À Lisbonne, le prix de l\'immobilier a atteint 6 000 euros le mètre carré en moyenne.
À Lisbonne, le prix de l'immobilier a atteint 6 000 euros le mètre carré en moyenne. (STÉPHANE MILHOMME / FRANCE-INFO)

Les prix de l'immobilier ont été multipliés par quatre en cinq ans dans la capitale portugaise, forçant certains habitants à quitter leur logement.

300 jours d'ensoleillement par an, un régime fiscal attrayant : bienvenue au Portugal ! Dans le pays, l'immobilier et le tourisme sont des secteurs-clés de la reprise, à tel point qu'un salon leur est consacré porte de Versailles à Paris jusqu'à dimanche 19 mai. Il s'agit de la huitième édition.

Mais à Lisbonne, le boom touristique a son revers : l'envolée des prix et la dénaturation des quartiers les plus authentiques. Dans le ciel de la capitale portugaise, le ballet des avions est incessant, et au sol, il y a un gros ras-le-bol. "Ah moi, je ne les supporte plus ces touristes, s'indigne une habitante. Je ne veux rien avoir à faire avec eux." 

Le reportage de Louise Bodet
--'--
--'--

Dans l'Alfama, l'un des quartiers historiques, "plus de la moitié des logements sont loués via Airbnb", assure Luis Mendes, géographe à l'université de Lisbonne. "Il y a une telle invasion de l'espace public, un tel bazar, que les gens ne le supportent plus. Le tourisme, le boom de l'immobilier, ça peut être positif,  mais on a besoin d'une régulation, d'un équilibre entre nos territoires."

Depuis l'automne, impossible d'ouvrir un nouvel "Airbnb". La mairie a mis le holà dans les quatre quartiers les plus convoités. Pas de quoi décourager toutefois les investisseurs étrangers. Henrique Vale est chasseur de biens, un métier porteur, au profit d'acheteurs brésiliens, chinois et surtout... français. Pour eux, l'eldorado n'a pas disparu, il s'est juste déplacé. "On ne peut plus louer à Madragoa par exemple, donc on achète à Santos, explique-t-il. On ne peut plus louer à Mouraria, les gens vont aller près du Campo Mártires da Pátria. Cette zone d'investissements a tendance à s'étendre un petit peu, et évidemment cela représente une chance pour ce pays." 

Flambée des prix

Une chance de sortir définitivement de la crise et d'embellir Lisbonne en réhabilitant son patrimoine. Mais le résultat, c'est que les prix flambent et deviennent inabordables pour les "vrais" Lisboètes, qui ont paraît-il fui depuis longtemps. "On ne peut pas qualifier ces quartiers qui sont assaillis de quartiers résidentiels, ce n'est pas vrai, poursuit Henrique Vale. Nous les Portugais, nous avons l'habitude de vivre dans d'autres zones de la ville, on n'a pas besoin d'avoir les touristes sur le dos toute la journée."

Mais c'est une toute autre histoire que raconte Carla Pinheiro. "Ils nous virent pour nous remplacer par les touristes", s'insurge cette femme de ménage qui se bat depuis deux ans pour garder son logement à Mouraria, dans le centre historique. 

Ils ont mis la main sur tous les quartiers du centre-ville, et maintenant, ils s'attaquent à la banlieue. Et nous, on ne peut pas suivre, c'est déjà devenu trop cher.Carla Pinheiro, habitante de Lisbonneà franceinfo

Carla paie 300 euros de loyer, et gagne à peine le double, soit le salaire minimum au Portugal, 600 euros, pendant que certains, pour profiter des douces soirées au bord du Tage, peuvent débourser 10 000 euros le mètre carré. En cinq ans, les prix de l'immobilier ont quadruplé à Lisbonne.

Vous êtes à nouveau en ligne