VIDEO. "Un ras-le-bol un peu général" : les agents des catacombes de Paris dénoncent leurs conditions de travail

Le mouvement de grève qui avait touché, la semaine dernière, les catacombes de la capitale a repris le 9 mai. Les agents d'accueil réclament de meilleures conditions de travail ainsi qu'une augmentation de leur prime de pénibilité.

Le mouvement de grève qui avait touché, la semaine dernière, les catacombes de Paris a repris le 9 mai. Parmi les 20 agents d'accueil grévistes : Pierre Augros. "Ça a été un ras-le-bol général", explique à franceinfo l'agent d'accueil et de surveillance du lieu. Il cite des "litiges" et des "choses mal gérées" par la direction, comme "le nettoyage des vêtements". "On a demandé que les parkas qu'on met dans l'ossuaire soient nettoyées, ça fait un an et elles ne le sont toujours pas", regrette-t-il.

Pour de meilleures conditions de travail

Les agents d'accueil réclament de meilleures conditions de travail ainsi qu'une augmentation de leur prime de pénibilité. Pierre Augros tient à souligner "la privation de lumière", "la poussière" et "l'humidité". Ils veulent également un "doublement des effectifs", alors qu'aujourd'hui, seules deux équipes de 10 personnes gèrent l'accueil des 2 000 visiteurs quotidiens. "On n'a pas d'équipe d'intervention s'il y a un problème en bas", ajoute Pierre Augros.

Vous êtes à nouveau en ligne