VIDEO. La grève des pilotes à Air France, une "automutilation" pour la direction

CYRIL ZHA et CHLOE CORMERY - FRANCE 2

Les pilotes de ligne réclament l'abrogation d'une loi qui les oblige à se déclarer 48 heures avant le début d'une grève.

Air France estime d'ores et déjà que la grève des pilotes de ligne, qui doit s'étaler du 3 au 30 mai, quatre heures par jours, risque de mettre en péril le redressement financier de la compagnie. Les pilotes réclament l'abrogation de la loi Diard, qui impose aux grévistes de se déclarer individuellement, 48 heures avant le début d'un conflit.

Un mouvement trop long pour la direction d'Air France

La compagnie dénonce un mouvement qu'elle juge irresponsable après six ans de déficit. Eric Schramm, directeur général adjoint des opérations aériennes, parle "d'automutilation" : "C'est la première fois qu'on est confronté à ce type de mouvement de par sa longueur", affirme-t-il à France 2. La disposition contestée par les pilotes doit permettre aux compagnies d'informer les passagers sur les perturbations à prévoir. Pour le SNPL, elle permet surtout le remplacement des grévistes par des pilotes venus d'autres pays d'Europe, ce qui porte atteinte au droit de grève.

Vous êtes à nouveau en ligne