Réforme des retraites : dialogue de sourds entre la CFDT et l'exécutif

franceinfo

Un pas en avant, un pas en arrière. C'est la valse-hésitation du gouvernement dans cette négociation sur la réforme des retraites.

Lundi 6 janvier, le gouvernement répétait que tout allait bien et que l'idée d'une conférence de financement était bonne. Mardi matin, Edouard Philippe le redit clairement avant d'indiquer que ça fera l'objet d'un autre calendrier. Pourtant, l'Elysée confirme mardi soir que l'âge pivot sera bien présent dans le projet de loi débattu en conseil des ministres le 24 janvier.

Confiance rompue

Ce revirement a fini par braquer les syndicats dits réformistes, la CFDT et l'Unsa. La confiance est un peu rompue, car on est dans une espèce de rapport de force entre Édouard Philippe et Laurent Berger, le patron de la CFDT. On a le sentiment que le gouvernement joue le pourrissement de cette grève, qui devrait se prolonger pourtant. Au sein de la majorité, beaucoup reconnaissent qu'ils sont paumés, selon le journaliste de France Télévisions Jean-Baptiste Marteau. Si le Premier ministre retire l'âge pivot, la droite va accuser le gouvernement de manque de courage. Alors il joue l'attente, il parie sur un compromis qui verrait le jour.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne