Manifestation à Lyon contre la réforme des retraites : une enquête ouverte après un tir de grenade lacrymogène ayant touché un appartement

Capture écran de la vidéo diffusée sur twitter. 
Capture écran de la vidéo diffusée sur twitter.  (CAPTURE D'ÉCRAN TWITTER)

Le parquet a annoncé dimanche l'ouverture d'une enquête à la suite d'un tir filmé par une étudiante, lors de la manifestation lyonnaise de la veille contre la réforme des retraites.

Une enquête a été ouverte dimanche 12 janvier au sujet d'un tir de grenade lacrymogène ayant touché un appartement, lors de la manifestation contre la réforme des retraites la veille à Lyon, a annoncé le parquet de Lyon à franceinfo. Ce sont des étudiants qui ont reçu cette grenade lacrymogène à travers la fenêtre de leur appartement, alors qu'ils filmaient le rassemblement. La vidéo, publiée sur les réseaux sociaux, a été très largement relayée depuis.  

Une plainte a été déposée pour violences volontaires et dégradations volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique. "On a entendu un gros bruit dehors donc on s'est mis au bord de la fenêtre pour regarder, raconte à franceinfo Marie, étudiante de 20 ans en école d'ingénieur. Quelques minutes plus tard, on a reçu le palet de lacrymogène sur le bras de mon ami. Le palet est rentré dans l'appartement et a tout enfumé. On a eu très peur !"

La scène s'est déroulée rue Bellecordière dans le 2e arrondissement de Lyon, à proximité de la place Bellecour.

Réaction de la police nationale sur Twitter

L'étudiante précise que dans l'appartement personne n'a été blessé. Sur Twitter, dans un message accompagné d'un morceau de la vidéo qui a été zoomé, Marie estime que c'est un policier qui a tiré la grenade lacrymogène. 

La police nationale du Rhône a répondu, toujours sur Twitter, dimanche. Elle écrit : "Des manifestants hostiles enfonçant un barrage policier et s'en prenant aux biens et aux personnes ont contraint les forces de l'ordre à effectuer des tirs de lacrymogène en vue de les disperser. Si un tir a pu toucher accidentellement le balcon d'un immeuble, il n'y a eu aucune velléité de l'atteindre. Aucun blessé n'est à déplorer."

Vous êtes à nouveau en ligne