Grève contre la réforme des retraites : l'économie commence à se gripper

franceinfo

Les entreprises de différents secteurs commencent à ressentir les conséquences de la grève des cheminots contre la réforme des retraites au bout de cinq jours.

Un train de marchandises est immobilisé à Gevrey-Chambertin (Côte-d'Or) lundi 9 décembre. Il transporte des bobines de papier qui doivent être livrées dans une usine à seulement 3 km de là. Mais à cause de la grève contre la réforme des retraites, le train n'a pas bougé depuis jeudi 5 décembre, en raison de la fermeture d'un poste d'aiguillage. Le transporteur compte un total de 400 trains bloqués dans toute la France. "Le manque a gagner est probablement de plusieurs millions, on verra après, ça va dépendre de la durée", commente Loïc Battu, le directeur de Corridor Méditerranée Euro Cargo Rail.

>> Grève du 10 décembre : suivez les perturbations et la mobilisation en direct

Un fabricant d'outils coupants est aussi inquiet. Le retard d'approvisionnement se fait sentir. "On a un flux au niveau de la rentrée de commandes qui est en baisse relativement importante", assure Daniel Matthey, directeur de Magafor. Les services à la personne aussi sont touchés par le mouvement de grève. Sans métro, les agents de ménage ont du mal à se rendre au domicile des clients."On ne peut pas tenir deux semaines, trois semaines à 50% de notre chiffre d'affaires, ce n'est pas possible", explique Jean-Christophe Puissant, directeur de l'antenne Shiva Denfert-Rochereau à Paris. Le ministre de l'Économie devrait recevoir les représentants des commerçants mercredi 11 décembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne