EN IMAGES. Grève du 5 décembre : rames de métro bondées, manifestations et embouteillages monstres... Quand les grèves de 1995 paralysaient Paris

Alors qu'une mobilisation massive contre la réforme des retraites débute jeudi, franceinfo s'est replongé dans les photos du plus important mouvement social depuis Mai-68.

L'histoire va-t-elle se répéter, vingt-quatre ans après ? La grève potentiellement massive et durable qui débute jeudi 5 décembre contre la réforme des retraites ravive le souvenir de celle de 1995, qui avait paralysé les transports en commun durant trois semaines et forcé le gouvernement de l'époque à reculer.

>> Perturbations, manifestations, réactions, trafic... Suivez en direct la grève du 5 décembre et les dernières informations ici

L'objet de la contestation était alors le plan présenté le 15 novembre 1995 par Alain Juppé, Premier ministre du président Jacques Chirac élu six mois plus tôt. Au menu : une profonde réforme du système de protection sociale, qui prévoyait un renforcement du contrôle de l'Etat sur l'assurance-maladie et une augmentation des prélèvements sociaux, ainsi qu'un alignement des régimes de retraite des fonctionnaires et des entreprises publiques sur celui des salariés du privé.

La réaction a été de taille : grèves reconductibles à la SNCF et à la RATP, manifestations monstres dans toute la France... Pendant trois semaines, le pays a tourné au ralenti. La situation était particulièrement critique à Paris, où étaient organisés les principaux défilés et où les transports publics étaient au point mort, obligeant les usagers à se rendre au travail à vélo, en voiture... ou en bateau ! Franceinfo s'est replongé dans les photos de l'époque.

119
Alors âgé de 50 ans, Alain Juppé présente son plan de réformes concernant les retraites et la Sécurité sociale à l'Assemblée nationale, le 14 novembre 1995. HALEY / SIPA
219
La première réaction ne se fait pas attendre. Le 24 novembre 1995, des milliers de personnes défilent contre le projet à Paris, à l'appel de sept fédérations de fonctionnaires. WITT / SIPA
319
A la gare Montparnasse, les quais sont vides : le 24 novembre 1995, les cheminots de la SNCF entament leur grève reconductible. JOBARD / SIPA
419
Un deuxième grand défilé est organisé à Paris le 28 novembre 1995, à l'appel de Force ouvrière.  VINCENT AMALVY / AFP
519
Signe de l'importance de l'événement, Marc Blondel (FO) et Louis Viannet (CGT) se serrent la main et défilent côte à côte contre le plan Juppé. Une première depuis la grande scission des deux centrales en 1947. PATRICK KOVARIK / AFP
619
Ce 28 novembre 1995 marque aussi l'entrée en grève des salariés d'EDF-GDF, mais aussi de la RATP. Les rares métros qui circulent sont bondés. HADJ / SIPA
719
A la surface, la circulation n'est pas plus aisée. Cette jeune femme fait ainsi du stop pour tenter de rejoindre le quartier de Saint-Germain-des-Prés, le 30 novembre 1995. La veille, Alain Juppé s'est dit "déterminé" à rester "droit dans ses bottes" face à la grève. MICHEL GANGNE / AFP
819
Les jours passent, et la grève s'installe. Tous les jours, des embouteillages monstres compliquent l'accès et la sortie de la capitale. Comme ce 30 novembre 1995, à Bagnolet (Seine-Saint-Denis). HADJ / SIPA
919
Certaines manifestions s'accompagnent de violences ou de casse. Le 30 novembre 1995, des étudiants de la faculté de Jussieu affrontent les forces de l'ordre à l'issue d'un défilé. HADJ / SIPA
1019
Plusieurs voitures sont également renversées près de la faculté de Jussieu, en marge d'une manifestation d'étudiants contre le plan Juppé organisée le 30 novembre 1995. HADJ / SIPA
1119
Dans les rues de Paris, les jours de grève se suivent et se ressemblent. Au milieu de voitures qui avancent pare-chocs contre pare-chocs, ce 1er décembre 1995, un piéton semble résigné. HALEY / SIPA
1219
Afin d'aider les non-grévistes à se rendre au travail, des moyens de transport surprenants sont utilisés. Des bus et des Bateaux-Mouches gratuits sont ainsi mis à la disposition des usagers, comme ici, le 4 décembre 1995. NEBINGER / SIPA
1319
Les conditions climatiques n'aident pas toujours les Franciliens à se déplacer. Le 5 décembre 1995, quelques chutes de neige compliquent la tâche des cyclistes. MICHEL GANGNE / AFP
1419
Dans la rue, les manifestations continuent. Le 5 décembre 1995, des membres de la CGT et de Force ouvrière défilent ensemble contre le plan Juppé. Deux jours plus tard, le Premier ministre nomme un médiateur pour tenter de mettre fin au conflit avec la SNCF. CHAMUSSY / SIPA
1519
Le point culminant de la mobilisation est atteint le 12 décembre. Partout en France, deux millions de personnes défilent contre la réforme proposée par le gouvernement, selon les organisations syndicales. JOBARD / SIPA
1619
Les autorités estiment de leur côté à un million le nombre de manifestants dans les rues le 12 décembre 1995. JOBARD / SIPA
1719
Dans le cortège parisien, l'approche des fêtes nourrit l'imagination de certains manifestants, à l'image de ce militant CGT. WITT / SIPA
1819
Le périphérique parisien reste saturé, le 14 décembre 1995. Ce sera la dernière fois : le lendemain, le gouvernement annonce le retrait de la réforme des retraites. Jean Bergougnoux, patron de la SNCF, démissionne. HADJ / SIPA
1919
Alain Juppé est seul sur le perron de Matignon, ce 21 décembre 1995. Il vient d'organiser un sommet social à l'issue duquel certains syndicats continuent à appeler à la grève. Mais depuis le recul de l'exécutif sur la question des retraites, le mouvement de grève s'essouffle. STEVENS FREDERIC / CHESNOT / SIPA
Vous êtes à nouveau en ligne