DIRECT. Grève du 9 décembre : "Je suis convaincu que le statu quo n'est pas tenable", défend le haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye

Ce direct est terminé.

Les transports sont une nouvelle fois très fortement perturbés, alors que les derniers arbitrages entre gouvernement et syndicats doivent avoir lieu aujourd'hui. 

Les transports s'annoncent une nouvelle fois très perturbés, mardi, pour la deuxième journée d'appel à une grève interprofessionnelle contre la réforme des retraites en France. La Direction générale de l'aviation civile (DGAC) a demandé, lundi 9 décembre, aux compagnies aériennes de réduire leur programme de vols de 20% pour les aéroports de Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly, Beauvais, Lyon, Marseille, Toulouse et Bordeaux. De son côté, Air France a annule 25% de ses vols intérieurs et 10% des moyen-courriers pour la journée de mardi.

Ce lundi, le trafic à la SNCF et à la RATP (en région parisienne) est toujours très perturbé. Côté SNCF, 77,3% des conducteurs sont en grève. Alors que le gouvernement doit mener d'ultimes arbitrages avec les syndicats, avant la présentation du projet de loi mercredi par Edouard Philippe, franceinfo suit l'évolution de la situation dans les transports et dans les tractations politiques.

Des transports très perturbés. Avec dix lignes de métro fermées et 50% des bus et trams en circulation, le trafic est extrêmement difficile sur le réseau RATP en Ile-de-France. Même constat côté SNCF où 77,3% des conducteurs sont en grève et où seul 15 à 20% du trafic est assuré. La direction de l'entreprise a même recommandé aux usagers franciliens d'éviter les gares ce lundi, estimant que "l'affluence en gare sera très dangereuse". La situation est également compliqué en Occitanie, en Provence-Alpes-Côte d'Azur, dans le Grand-Est et dans les Hauts-de-France.

L'heure du grand oral pour Jean-Paul Delevoye. En compagnie de la ministre des Solidarités, Agnès Buzyn, le haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye présentera ce lundi aux partenaires sociaux les conclusions de sa longue concertation. Voici les points sur lesquels le gouvernement pourrait lâcher du lest.

Delevoye épinglé pour un "oubli" dans sa déclaration d'intérêts. En plein conflit sur la réforme des retraites, la révélation par Le Parisien que le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye n'a pas déclaré auprès de la HATVP sa fonction d'administrateur d'un institut de formation dans les assurances suscite, lundi, nombre de réactions politiques. Il a démissionné de cette fonction lundi dans la matinée.

Une nouvelle journée de manifesations mardi. Alors que les professionnels du commerce et du tourisme s'inquiètent des conséquences d'un mouvement social potentiellement durable, une deuxième grande journée de manifestations est prévue mardi, à l'appel de l'intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU, et de quatre organisations de jeunesse.

Vous êtes à nouveau en ligne