Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez vient soutenir des grévistes au dépôt de bus de Vitry-sur-Seine

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez lors d\'un rassemblement au dépôt de bus de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), vendredi 27 décembre 2019.
Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez lors d'un rassemblement au dépôt de bus de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), vendredi 27 décembre 2019. (CLEMENT MARTIN / FRANCE TELEVISIONS)

Quelque 300 personnes ont participé au blocage avant d'être délogées par les forces de l'ordre. 

La CGT maintient la pression contre la réforme des retraites. L'Union départementale du Val-de-Marne et le syndicat de la RATP Bus ont notamment organisé un blocage du dépôt de bus de Vitry-sur-Seine, vendredi 27 décembre. Le secrétaire général Philippe Martinez a rendu visite aux grévistes mobilisés et s'est notamment félicité du "soutien de l'opinion publique" lors d'une prise de parole.

Au total, 300 personnes ont participé au rassemblement avant d'être délogées par les CRS peu avant 5 heures du matin, selon un journaliste de franceinfo sur place. Les policiers sont intervenus avant que les premiers bus ne sortent, empêchant ceux qui manifestaient contre la réforme des retraites de bloquer les véhicules. La police nationale a précisé que "ce matin encore", les dépôts de Paris et de la petite couronne avaient été "systématiquement" débloqués.

De son côté, Philippe Martinez a dénoncé un gouvernement qui "envoie les CRS comme symbole de dialogue social".

"Ça vaut le coup de s'investir"

"Evidemment, une grève des transports, ça gêne, a également déclaré Philippe Martinez au micro de France Télévisions. Mais quand on est face à une telle réforme qui va complètement bouleverser notre système social, qui va faire en sorte que tout le monde va partir plus tard à la retraite, je crois que ça vaut le coup de s'investir" dans le mouvement.

Les manifestants protestaient également contre la convocation en janvier d'un agent de la RATP à un entretien disciplinaire, car soupçonné de violences lors d'un blocage le 10 décembre. "La CGT et l'intersyndicale ne laisseront pas faire et ne laisseront certainement pas tomber l'un des leurs", annonçait le tract diffusé avant le rassemblement.

Un peu partout en France, les syndicats ont poursuivi leurs initiatives ces derniers jours : blocages de bus, coupures d'électricité, "déjeuners festifs", représentation du Lac des cygnes sur le parvis de l'Opéra de Paris par des danseuses en grève, raffineries à l'arrêt… Samedi, des rassemblements à l'appel de la CGT-Cheminots sont notamment prévus à Paris, Chartres, Grenoble, Nancy ou Draguignan.

Vous êtes à nouveau en ligne