Grève mardi à la SNCF : un TGV et un Transilien sur deux en circulation

Des usagers de la SNCF attendent le départ de leur train le 6 octobre 2011 en gare de Lyon, à Paris.
Des usagers de la SNCF attendent le départ de leur train le 6 octobre 2011 en gare de Lyon, à Paris. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Quatre TER sur dix, et un intercité sur trois devraient également circuler. Ce mouvement organisé à l'appel de tous les syndicats entend "peser" sur les négociations en cours sur leurs conditions de travail.

Si vous comptez prendre le train, mardi 26 avril, prenez vos dispositions. Une grève de 24 heures est prévue ce jour-là à la SNCF. La compagnie ferroviaire a annoncé, dimanche 24 avril, prévoir  un TGV et un Transilien sur deux en circulation pour ce jour de mobilisation. Les appels à la grève courent de lundi 19 heures à mercredi 8 heures, mais la direction ne prévoit pas de répercussions sur le trafic lundi soir.

Quatre TER sur dix, et un intercité sur trois devraient également circuler, a indiqué la direction. Le trafic sera "quasi-normal" sur les grandes lignes internationales, mais il n'y aura pas de train de nuit.

"Un mouvement plus ferme pourrait être envisagé"

La grève organisée à l'appel de tous les syndicats, pour "peser" sur les négociations en cours sur leurs conditions de travail. C'est la troisième grève en huit semaines à la SNCF.  Lors de la précédente grève unitaire, le 9 mars, seulement un tiers des trains, régionaux et nationaux, avaient circulé. Elle avait été suivie par 35,5% des personnels selon la direction et, de source syndicale, par plus de 60% des conducteurs et contrôleurs.

Mardi ne sera sans doute pas la dernière journée de mobilisation, selon les syndicats. "Un mouvement plus ferme pourrait être envisagé" en l'absence "d'ouverture de réelles négociations prenant en compte les propositions alternatives des organisations syndicales", prévient Thierry Nier, porte-parole de la CGT-cheminots.

Des discussions pour prévoir l'ouverture totale à la concurrence

Menées à l'échelle de la branche et au sein du groupe public, ces négociations doivent aboutir avant mi-2016 à harmoniser les règles de travail dans le secteur (fret/voyageurs, SNCF/privé).

Objectif : aborder dans de bonnes conditions (de sécurité et sans dumping social) l'ouverture totale à la concurrence. Les échéances se précisent: les lignes TGV devront s'ouvrir à la concurrence à partir de 2020 et TER/Intercités à compter de 2023, ont décidé le 19 avril les négociateurs européens.

Vous êtes à nouveau en ligne