Tiers-payant généralisé : le premier syndicat de médecins appelle à la "désobéissance civile"

Des médecins manifestent à Paris, le 31 mars 2015.
Des médecins manifestent à Paris, le 31 mars 2015. (YANN KORBI / CITIZENSIDE.COM / AFP)

Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des syndicats médicaux français (SME), incite les médecins à ne pas appliquer cette réforme.

Après la grève, la désobéissance civile. A la veille d'une nouvelle journée de mobilisation contre le tiers-payant généralisé, le président de la Confédération des syndicats médicaux français a appelé, jeudi 12 novembre, les médecins à ne pas appliquer cette réforme. "Nous appelons les médecins à la désobéissance civile", a déclaré Jean-Paul Ortiz dans une interview au Figaro.

"C'est le début de la fin de la médecine libérale"

Selon lui, cette mesure "signe le début de la fin de la médecine libérale". "En étant payés par l'assurance-maladie et les complémentaires santé, et non plus par les patients, nous allons passer sous leur coupe financière. Nous pourrions ainsi perdre notre liberté professionnelle", assure-t-il.

"La mobilisation des médecins montre à tous, politiques de gauche comme de droite, que nous ne voulons pas de ce texte, explique-t-il. Si la loi est votée, nous lutterons ensuite contre les décrets d'application. Si cela ne suffit pas, nous réclamerons une loi rectificative. Et de toute façon, les médecins n'appliqueront pas la loi."