Hôpitaux : 4 200 lits ont été supprimés en 2018

FRANCE 3

Quelque 4 200 lits ont été supprimés dans les hôpitaux de France l'an passé, dont les trois quarts dans les établissements publics. Comment expliquer une telle austérité en pleine crise des urgences ? Les explications de la journaliste Margaux Subra-Gomez sur le plateau de France 3.

En pleine crise des urgences, on apprend que 4 200 lits ont été supprimés l'an dernier dans les hôpitaux, les trois quarts dans le public. Comment le gouvernement justifie-t-il ces suppressions ? "Il estime que l'hôpital doit faire des économies, 800 millions d'euros précisément, l'an prochain. Pour cela, un peu partout en France, des services d'urgences ferment et des lits sont supprimés. Les pouvoirs publics veulent encourager une pratique hospitalière moins coûteuse : la chirurgie ambulatoire. C'est-à-dire qu'une fois opéré, le patient reste quelques heures sous surveillance à l'hôpital, puis il termine sa convalescence chez lui", explique la journaliste Margaux Subra-Gomez sur le plateau du 19/20.  

400 postes de soignants à pourvoir à Paris 

"Ces interventions représentent aujourd'hui la moitié des interventions réalisées à l'hôpital. Le manque de soignants explique également ces fermetures de lits. C'est particulièrement vrai à Paris, où les salaires ne seraient pas assez attractifs par rapport au coût de la vie. Dans 39 hôpitaux parisiens, il manquerait 400 postes d'infirmiers, selon la direction. Conséquence : 900 lits, qui sont pourtant financés, ne peuvent pas être ouverts aux patients", conclut-elle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne