VIDEO. Paroles de fonctionnaires avant la grève

Laurent Desbonnets, Anne Guille-Epée et Jacques Duboz - France 2

Un professeur de collège, une secrétaire médicale en hôpital et une fonctionnaire des impôts nous donnent leurs sentiments alors que trois syndicats appellent à la mobilisation jeudi.

C'est une première pour le gouvernement Ayrault : les 5,2 millions de fonctionnaires sont appelés à faire grève, jeudi 31 janvier, par trois syndicats. Le mouvement de grogne se cristallise principalement autour des rémunérations et de l'emploi. France 2 a interrogé plusieurs salariés de la fonction publique pour avoir leur sentiment.

Benjamin Marol, professeur d'histoire-géographie depuis douze ans dans un collège en ZEP, gagne 2 000 euros nets par mois : la hausse de son salaire est sa principale revendication. Catherine Chauvet, secrétaire médicale dans un hôpital parisien, tient à souligner que les fonctionnaires ne sont pas des privilégiés. Ses semaines de travail font plus souvent 40 heures que 35 heures et même "parfois un peu plus". Quant à Geneviève Delaunay, fonctionnaire des finances publiques depuis trente-sept ans à Poitiers (Vienne), elle rappelle que la fonction publique aussi fait des efforts en période de crise. "On est de moins en moins nombreux", souligne-t-elle. Et la charge de travail, elle, ne diminue pas.

Vous êtes à nouveau en ligne