Urgences : la grève se poursuit, plus de deux cents services touchés

Une banderole accrochée sur les grilles de l\'Agence de santé régionale (ARS) de Nantes (Loire-Atlantique), le 30 juin 2019. 
Une banderole accrochée sur les grilles de l'Agence de santé régionale (ARS) de Nantes (Loire-Atlantique), le 30 juin 2019.  (J?R?MIE LUSSEAU / HANS LUCAS / AFP)

Les urgentistes réclament toujours plus de lits, d'embauches et des hausses de salaires, malgré des avancées locales.

La situation s'enlise un peu plus à chaque nouveau service touché. La grève des urgences, qui a débuté mi-mars à Paris, a continué de s'étendre en juillet et concerne désormais plus de deux cents services, selon le collectif inter-urgences, qui réclame, mardi 23 juillet, toujours plus de lits, d'embauches et des hausses de salaires malgré des avancées locales.

"On en est à 203 services en grève", a assuré l'infirmier Hugo Huon, président de l'inter-urgences, qui évoque en outre une "vingtaine de services en grève mais pas avec le collectif". Des chiffres confirmés par l'urgentiste Christophe Prudhomme (CGT), qui souligne le rôle "essentiel" des "syndicats" dans l'extension du mouvement depuis "le début du mois".

70 millions d'euros pour financer une prime

Mi-juin, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, avait débloqué 70 millions d'euros pour financer une prime de risque de 100 euros net mensuels pour les personnels des urgences et faciliter les recrutements dans les services en tension cet été, sans satisfaire les grévistes qui ont battu le pavé début juillet.

Mais "dans un certain nombre d'endroits, les directions essayent de faire des propositions pour avoir des protocoles d'accord locaux", a constaté Christophe Prudhomme, citant par exemple la fin de la grève des urgences de Libourne (Gironde).

A l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), où la direction a offert de créer 230 postes dans ses 25 services d'urgences, les soignants de Trousseau ont eux aussi décidé d'"arrêter" localement la grève "il y a quinze jours", selon Hugo Huon.

A Saint-Antoine (12e arrondissement de la capitale), d'où est parti le mouvement après une série d'agressions, les personnels ont massivement soutenu les propositions de l'AP-HP tout en décidant de maintenir la grève, les "revendications nationales" n'étant "pas satisfaites", selon le collectif.

Une augmentation globale du budget réclamée

Inter-urgences dénonce notamment le manque de lits conduisant aux "hospitalisations brancard", un point que doit aborder le rapport d'une mission nationale prévu pour novembre. En attendant, le collectif, qui réunit son comité de grève samedi, prévoit de lancer un site internet "pour communiquer, en temps réel" de la réalité du terrain.

De leur côté, les syndicats espèrent étendre le mouvement à l'ensemble du monde hospitalier à la rentrée, selon Christophe Prudhomme, qui envisage "une journée d'action le 11 septembre". L'argent débloqué pour les urgences est "pris sur d'autres services", a insisté Hugo Huon, plaidant pour une "augmentation globale du budget des hôpitaux".

Vous êtes à nouveau en ligne