Urgences : des soignants s'injectent de l'insuline pour alerter le gouvernement

FRANCE 2

Mardi 2 juillet, durant la manifestation nationale des urgentistes, des soignants se sont injecté de l'insuline sous les fenêtres du ministère de la Santé, à Paris. L'objectif, interpeller la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

Pour se faire entendre, des soignants n'ont pas hésité à se faire des injections d'insuline pour interpeller la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. La scène s'est déroulée mardi 2 juillet à la fin du rassemblement des personnels hospitaliers, à Paris. Une douzaine d'entre eux se sont injecté plusieurs doses de ce qu'ils ont présenté comme étant de l'insuline. Cette substance, destinée au diabétique, fait baisser le taux de sucre dans le sang, ce qui peut être mortel si l'on n'est pas atteint de cette maladie.

Certains dénoncent une action irresponsable

"À aucun moment nous ne nous sommes mis en danger. (...) On avait tout prévu pour ne pas se mettre en danger. Les 12 personnes qui ont participé à cette action sont toutes en bonne santé", affirme Pierre Schwob, infirmier de l'hôpital Beaujon de Clichy (Hauts-de-Seine), qui parle d'un geste avant tout symbolique. "C'est quelque chose que nous ne pouvons pas cautionner", explique Rosemay Rousseau, secrétaire générale CGT de l'AP-HP. Les forces de l'ordre ont interrompu l'action et mis à l'écart les soignants concernés, qui ont ensuite été pris en charge par le SAMU. Le ministère de la Santé n'a pas souhaité réagir à cette action.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne