Plusieurs syndicats et collectifs hospitaliers appellent à une "journée d'action nationale et de grève" le 16 juin

Une manifestation de personnels hospitaliers devant l\'hôpital Robert-Debré à Paris, le 28 mai 2020.
Une manifestation de personnels hospitaliers devant l'hôpital Robert-Debré à Paris, le 28 mai 2020. (MAXPPP)

Ils réclament notamment une "revalorisation générale des salaires", un "plan de recrutement" et un "plan de formation", en plein "Ségur de la santé" qui fait suite à l'épidémie de coronavirus.

Après l'épidémie de Covid-19, quels moyens ? Plusieurs syndicats et collectifs hospitaliers appellent, jeudi 4 juin, "les personnels et les usagers à se mobiliser le 16 juin", afin que le gouvernement "prenne en compte l'ensemble de leurs revendications", en plein "Ségur de la santé".

Cette "journée d'action nationale d'initiatives et de grève" est lancée par 10 organisations. Elles réclament notamment une "revalorisation générale des salaires", un "plan de recrutement", un "plan de formation" et "l'arrêt de toutes les fermetures d'établissements, de services et de lits". Cette coalition inclut quatre des cinq principaux syndicats de la fonction publique hospitalière (CGT, FO, SUD, Unsa) et les deux collectifs (Inter-Urgences, Inter-Hôpitaux) initiateurs depuis plus d'un an de grèves et manifestations.

Dénonçant "les non-prises en compte" de leurs demandes par le gouvernement, ils affirment que "les professionnels ne se contenteront plus de belles promesses et de demies mesures". Cette mobilisation aura lieu en plein milieu du "Ségur de la santé", lancé par l'exécutif le 25 mai et censé aboutir d'ici mi-juillet.

Vous êtes à nouveau en ligne