Hôpital : les professionnels de santé réclament un traitement de choc

Franceinfo

Jeudi 14 novembre, plusieurs milliers de personnels hospitaliers ont défilé dans toute la France. Un moyen de faire pression sur le gouvernement, qui présentera un plan d'urgence mercredi 20 novembre.

A bout de souffle. L’hôpital dans la rue pour réclamer un traitement de choc. Les personnels hospitaliers ont défilé jeudi 14 novembre pour demander plus de moyens et d’effectifs. “Vous savez, dans l’hôpital de Vichy (Allier) il nous manque 85 lits. On se retrouve avec des bouchons dans les urgences et avec des patients qu’on ne sait plus, qu’on ne peut plus placer dans des lits, qu’on laisse sur des brancards pendant plus de 48 heures”, précise ce manifestant.

Un système à bout de souffle

Selon les organisateurs, ils étaient 10 000 à Paris mais aussi plusieurs centaines à Lyon, Toulouse, Bordeaux, Lille, Marseille. Au total, 268 établissements sont touchés. “Aux urgences de Remiremont (NDLR : Vosges), on est en grève depuis le 11 juin. Les patients ne sont plus pris en charge correctement car il n’y a plus assez d’humains, trop de restrictions budgétaires”, estime cette manifestante. Manque de bras, de matériel, de temps : les messages mis en avant lors des différentes manifestations évoquent un système détraqué, qui laisse les patients sur le carreau, et qui pousse les équipes à bout.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne