Vers un statut de lanceurs d'alerte ?

France 3

Le Parlement européen examine un texte visant à protéger les secrets commerciaux ou techniques. Pour beaucoup, il mettrait en danger les lanceurs d'alerte, ceux qui, incognito, dénoncent les excès ou les scandales économiques.

Leur combat les a rendus célèbres : Snowden, Assange ou encore Deltour, l'homme qui a mis en lumière certaines pratiques fiscales du Grand-Duché du Luxembourg. Le point commun de ces lanceurs d'alerte : la précarité de leur situation.

Huit ans après avoir dénoncé une fraude fiscale massive de la part de la banque UBS et permis au fisc français de recouvrer douze milliards d'euros, Stéphanie Gibaud se sent abandonnée par les pouvoirs publics.

Une timide directive de l'UE

Solitaire, mais déterminée. Lors d'une table ronde consacrée au scandale "Panama Papers", elle propose de faire enfin de la fraude un délit à part entière pouvant conduire à la prison.

Jeudi, les eurodéputés doivent adopter une directive qui renforce le secret des affaires pour les entreprises et protège timidement les lanceurs d'alerte. Ils ne pourront pas être poursuivis, inquiétés ou sanctionnés. Une petite avancée, car les lanceurs d'alerte devront agir au nom de l'intérêt public, une notion difficile à cerner.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne