"Panama Papers" : l'eurodéputée Eva Joly lance une pétition pour sanctionner les banques

L\'eurodéputée Eva Joly durant une séance au Parlement européen à Bruxelles (Belgique), le 13 octobre 2015.
L'eurodéputée Eva Joly durant une séance au Parlement européen à Bruxelles (Belgique), le 13 octobre 2015. (WIKTOR DABKOWSKI / AFP)

Elle réclame également la mise en place d'une équipe pour enquêter "exclusivement" sur le scandale soulevé par les "Panama Papers".

En plein scandale des "Panama Papers", Eva Joly lance une pétition en ligne pour réclamer la levée du secret fiscal. L'eurodéputée réclame également des sanctions contre les banques, après les accusations de fraude fiscale portées par ces documents, révélés par la presse.

"Le temps du secret, celui du verrou de Bercy, des régulations européennes frileuses et de l'impunité des banques et des intermédiaires doit prendre fin", écrit l'ancienne candidate à la présidentielle. Le texte est porté par d'autres eurodéputés dans plusieurs pays, dont l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Espagne.

> Regardez l'émission de "Cash Investigation" consacrée aux "Panama Papers"

Le gouvernement est "contre la transparence", selon elle

Eva Joly veut la mise en place d'une équipe pour enquêter "exclusivement" sur le scandale soulevé par les "Panama Papers", composée de "gendarmes, de policiers, de juges d'instruction". "Cette fois, on veut cinq ans d'emprisonnement", a-t-elle expliqué. La commission européenne estime la fraude fiscale à 1000 milliards d'euros par an en Europe. Selon l'eurodéputée, "le déficit public européen serait résolu en un an".

Alors que la France pointe à la 23e place du classement de l'ONG Transparency International (avec le Chili, l'Estonie et les Emirats arabes unis), Eva Joly s'en prend également aux membres du gouvernement : "Leur rhétorique est excellente – ils ont un bon service com' – mais on voit bien qu'ils sont contre la transparence".