"Panama papers" : David Cameron dans la tourmente après ses aveux

France 3

David Cameron sera-t-il le deuxième dirigeant européen à devoir démissionner suite au scandale "Panama Papers" ? Après avoir nié dans un premier temps, le Premier ministre britannique a finalement avoué avoir détenu des parts dans un fonds offshore.

C'est une affaire qui tombe au plus mal, en pleine campagne du référendum sur le Brexit. Hier, David Cameron a du faire des aveux publics. Oui, il a bien eu des parts dans une société offshore basée aux Bahamas dont le montage a été réalisé par Mossack Fonseca. Ce cabinet d'avocats panaméen est au coeur du scandale "Panama Papers". "Nous avions 5 000 parts dans une société dans un fonds d'investissement que nous avons vendu en janvier 2010 pour une valeur de 30 000 livres environ. Toutes les taxes dues au fisc britannique ont été payées", a expliqué David Cameron. 

David Cameron sous pression

Ce fonds d'investissement était dirigé par Ian Cameron, le père du Premier ministre britannique. Rien d'illégal selon ce dernier. Pourtant, il y a deux jours, David Cameron essayait encore d'éluder les questions des journalistes. Au Parlement, les attaques de l'opposition fusent comme sur les réseaux sociaux. Il faut dire que David Cameron s'est toujours présenté face à ses électeurs comme le candidat de la lutte anticorruption.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne