Après les "Panama Papers", les demandes de régularisation fiscale en hausse

Le ministre des Finances, Michel Sapin, le 13 avril 2016 lors d\'une conférence de presse à Bercy (Paris).
Le ministre des Finances, Michel Sapin, le 13 avril 2016 lors d'une conférence de presse à Bercy (Paris). (ERIC PIERMONT / AFP)

Trois dossiers liés au scandale auraient déjà été traités par l'administration fiscale française.

Un bel "élan de générosité". Michel Sapin a ironisé, mercredi 13 avril, sur l'attitude des détenteurs de comptes cachés à l'étranger vis-à-vis de l'Etat. Le ministre des Finances a évoqué lors de sa conférence de presse une hausse des demandes de régularisation fiscale depuis le scandale d'évasion fiscale des "Panama Papers".

Selon Europe 1, trois dossiers liés au scandale des "Panama Papers" ont déjà été traités par l'administration fiscale, via son service de traitement des déclarations rectificatives (STDR), une cellule, créée en juin 2013 pour encourager les Français détenant des comptes à l'étranger à régulariser leurs situations. "Ça n'est pas la première fois" qu'un tel phénomène est constaté, a souligné le ministre, s'amusant de l'"accès de civisme" des fraudeurs.

Des renforts pour la cellule de régularisation

En raison de sa forte activité, le ministère des Finances a décidé de renforcer les effectifs de la cellule de régularisation, passés de 159 à 209 agents, avec des services décentralisés sur l'ensemble du territoire. Selon le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, près de 750 dossiers traités par le STDR entre 2014 et 2015 ont concerné de près ou de loin le Panama, portant sur 4 milliards d'avoirs. Ces dossiers ont permis à l'Etat de percevoir, a-t-il chiffré, "1,2 milliard d'euros d'impôts et de pénalités".

Vous êtes à nouveau en ligne