Fraude sociale : le rapport qui soulève des questions

FRANCE 2

Deux parlementaires ont écrit un rapport qui questionne la gestion des fichiers de la Sécurité sociale. Cette dernière répond qu'elle a déjà invalidé 44 millions de cartes Vitale.

Dans les fichiers de l'administration, c'est le grand flou. La porte ouverte à la fraude aux prestations sociales, selon le rapport de deux parlementaires. Le calcul est simple : pour l'INSEE, nous sommes 110 millions sur le territoire français, 26 millions de personnes sont comptées comme décédées, il reste donc 84 millions qui ont potentiellement droit à des prestations sociales, et donc à une carte vitale. Soit bien plus que la population française qui est de 67 millions.

44 millions de cartes Vitale invalidées

Autre aberration : quelque 14,7 millions de centenaires, dont 3 millions seraient en vie, sont recensés dans les fichiers. En réalité, ils ne sont que 15 000. Pour Nathalie Goulet, sénatrice UDI de l'Orne et une des parlementaires à l'origine du rapport, ces incohérences font le jeu des fraudeurs : "Nos travaux montrent qu'on a un nombre de personnes sur le territoire qui bénéficient de prestations auxquelles ils n'ont pas droit", souligne-t-elle évoquant le cas de personnes présentes en France dans des "conditions non conformes au droit de séjour".

Si le montant de la fraude n'est pas estimé, des mesures sont suggérées pour les éviter, comme le passage à la biométrie pour que tout le monde aille se refaire une carte vitale. De son côté, la Sécurité sociale assure qu'elle a déjà invalidé 44 millions de cartes Vitale.

Edit : dans une première version de ce contenu, nous écrivions que "pour l'administration nous sommes 84 millions", une information erronée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne