Lutte contre la fraude aux prestations sociales : l'Etat veut en faire une priorité

FRANCE 2

La fraude aux prestations sociales est un sujet qui préoccupe énormément le gouvernement. La Cour des comptes évalue cette dernière à un milliard d’euros en 2019. Il s’agit du préjudice pour la sécurité sociale et Pôle emploi. En réalité, bien que le chiffre ne soit pas connu, il pourrait être beaucoup plus élevé.

La Cour des comptes évoque le chiffre d’un milliard d’euros concernant la fraude aux prestations sociales. Mais la somme totale pourrait s’élever à 14 ou même 45 milliards d'euros. On observe la majorité des cas à l’assurance maladie. Les médecins et patients sont même parfois complices. Un exemple courant est celui du praticien qui fait passer les cartes vitales d’autres membres de la famille, ce qui entraîne des remboursements de consultations fictives.

Il faut éviter les généralisations abusives

Un autre cas régulier consiste à facturer des actes inexistants. "Vous êtes infirmier libéral, vous déclarez des heures qui n’existent pas. C’est un exemple concret. Vous faites un chiffre d’affaires d’1,2 million sur une année", juge Pascal Brindeau, rapporteur de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale. Un jugement qui passe mal pour Catherine Kirnidis, du syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux : "Il faut relativiser et ne pas jeter l’opprobre sur l’ensemble d’une profession." D’autres secteurs sont aussi concernés, comme les allocations familiales et la branche vieillesse.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne