Comptes de politiques en Suisse : le parquet ouvre une enquête

Le logo de la banque Reyl & Cie, photographié le 8 avril 2013 à Genève (Suisse).
Le logo de la banque Reyl & Cie, photographié le 8 avril 2013 à Genève (Suisse). (FABRICE COFFRINI / AFP)

Cette information judiciaire est ouverte pour explorer les activités de Reyl & Cie, l'ancienne banque de Jérôme Cahuzac, qui pourrait avoir accueilli des comptes d'autres hommes politiques.

Existe-t-il d'autres Cahuzac dans la politique française ? C'est une des questions que devra résoudre la justice française dans les prochaines semaines. Une information judiciaire contre X visant les activités de la banque genevoise Reyl a été ouverte le 31 mai par le parquet de Paris, a-t-on appris vendredi 14 juin.

Confiée au juge Renaud Van Ruymbeke, l'enquête a été ouverte notamment pour "blanchiment de fraude fiscale".

"Une quinzaine" de noms de politiques

Cette information judiciaire a été initiée après que la justice a entendu Pierre Condamin-Gerbier, un ancien employé de la banque Reyl & Cie. Selon Mediapart (lien payant), Pierre Condamin-Gerbier a dévoilé au juge quelques noms de politiques ayant un compte caché chez Reyl.

Invité à témoigner devant le Sénat, Pierre Condamin-Gerbier a affirmé disposer, le 13 juin, d'une liste "d'une quinzaine" de noms d'ex-ministres ou d'actuels ministres détenteurs d'un compte en Suisse.

Démenti de Reyl & Cie

La banque a démenti le 14 juin dans un communiqué, cité par L'Express, avoir des "relations de compte (titulaires ou ayants droit) avec des résidents français exerçant des charges politiques". La banque annonce également qu'elle "réserve ses droits concernant toute affirmation qui pourrait porter atteinte à ses intérêts légitimes".