Etats-Unis: hausse du chômage

Les destructions d'emploi ont été plus importantes que prévu en septembre aux Etat-Unis

Les destructions d'emploi ont été plus importantes que prévu en septembre aux Etat-UnisLes destructions d'emploi ont été plus importantes que prévu en septembre aux Etat-Unis

D'un mois sur l'autre, le taux de chômage est monté de 9,7% à 9,8, selon les chiffres corrigées des variations saisonnières publiées vendredi par le département du travail.

La 1re économie mondiale a supprimé 263.000 emplois nets, contre 201.000 en août et 304.000 en juillet. Les analystes s'attendaient à seulement 275.000 pertes d'emplois.

A 9,8% le chômage reste comme le mois précédent à son plus haut niveau depuis juin 1983 (10,18%) et est conforme aux prévisions des analystes.

La détérioration provient du secteur tertiaire, qui représente environ 85% de la main d'oeuvre employés non-agricole du pays.Les licenciements y ont plus que doublé, passant de 69.000 en août à 147.000 en septembre.

Dans l'industrie, qui est sinistrée depuis plus de deux ans, les destructions, à l'inverse, ont ralenti, passant de 132.000 en août à 116.000 en septembre.

"Depuis le début de la récession en décembre 2007, le nombre de chômeurs a augmenté de 7,6 millions, à 15,1 millions, et le taux de chômage a doublé", écrit le ministère pour rappeler les conséquences catastrophiques de la crise sur le marché du travail.

Le gouvernement et la banque centrale (Fed) s'attendent que le chômage continuera de monter jusqu'au milieu de l'année 2010, où il plafonnerait alors au-dessus de 10%.

Le Fonds monétaire international (FMI) a averti jeudi que le taux de chômage risquait de n'atteindre son pic qu'au second trimestre de cette année-là.

La hausse continuelle du chômage risque d'entraver voire de faire dérailler la reprise naissante en freinant les dépenses de consommation des ménages, moteur traditionnel de la croissance américaine.

Le seul secteur qui a créer des emplois est celui de l'éducation et des soins qui a crû de 3.000 postes.

Les commandes industrielles baissent également
Autre chiffre inattendu,celui des commandes industrielles , qui elles-aussi ont reculé fin août, de 0,8% par rapport à juillet, selon les chiffres du département du Commerce.

Les analystes estimaient que ces commandes étaient restées stables. Le ministère a revu en hausse de 0,1 point la progression du mois précédent, à 1,4%.

Les chiffres du ministère témoignent de la fragilité de la reprise naissante pour une industrie américaine dont la crise a accéléré le déclin. Les commandes industrielles affichaient fin août une baisse de 19,4% en glissement annuel.

Vous êtes à nouveau en ligne