VIDEO. Whirlpool : un ancien ouvrier se souvient de l'âge d'or

Depuis 1958, l'usine Whirlpool fait partie de l'histoire locale d'Amiens. Il fut un temps où elle faisait vivre toute une partie de la ville. C'était avant la ribambelle de plans sociaux, le chômage, la délocalisation. Extrait du magazine "Envoyé spécial".

Avant elle, il y a eu Laden, Philips. Depuis 1958, l'usine Whirlpool fait partie de l'histoire locale d'Amiens. Il fut un temps où elle faisait vivre toute une partie de la ville. Le quartier HLM d'Etouvie était peuplé de ses ouvriers. Le matin, ils prenaient par colonnes entières le chemin de l'usine. Tous les week-ends, ouvriers et cadres jouaient ensemble au football, par exemple contre Goodyear (qui a fermé en 2014). Ils étaient fiers de porter les couleurs de Whirlpool. C'était avant la ribambelle de plans sociaux, le chômage, la délocalisation. Extrait du magazine "Envoyé spécial".

Whirlpool a employé jusqu'à 1 300 personnes

Cet âge d'or, Salah l'a bien connu. Entré à l'usine en 1981, il a vécu "les années heureuses où le travail courait les rues" : "Vous descendiez du train à la gare, il y avait des gens qui vous attendaient pour vous emmener travailler." L'immense site qui fabriquait alors des lave-linge a compté jusqu'à 1 300 employés. Après un quart de siècle passé à la chaîne, Salah peine à reconnaître les lieux. Il raconte l'augmentation des cadences, le passage de 70 machines par jour à 300 avec moins de personnel, le contremaître qui chronomètre les ouvriers dans leur dos… 

En 2002, premier gros plan social. Une partie de la production est délocalisée en Slovaquie. C'est le début de la fin. La vallée entière est secouée par les plans sociaux depuis vingt longues années.

Extrait de "Whirlpool : les oubliés de la campagne", un reportage diffusé dans "Envoyé spécial" le 27 avril 2017.

Vous êtes à nouveau en ligne