VIDEO. Une entreprise française à la conquête de la Chine

France 3

2 000 sociétés françaises sont implantées dans l’Empire du Milieu. Parmi elles, la petite entreprise de soie de Marie-Hélène Rivière. Emile Rosso et Stéphane Hyvon l’ont suivie, de son village du Rhône-Alpes à Shanghai.

Marie-Hélène Rivière a emprunté la route de la Soie à contresens. Son objectif : vendre des étoles en Chine. Depuis 1993, les motifs chatoyants de la maison rencontrent un grand succès. "Ce qui plaît, ce sont les foulards avec du lurex, de l’or, des coloris vifs", explique-t-elle.

Le fil est importé de Chine mais la fabrication 100% régionale. Un savoir-faire ancestral qui perdure dans l’un des derniers ateliers du village de soyeux dans la Loire. "Très peu d’entreprises sont capables de faire ce genre d’articles. On travaille sur des métiers datant de 1930", raconte Marie-Hélène Rivière.

"Comme aller vendre du sable au Sahara"

Les tissus sont ensuite inspectés millimètre par millimètre, de quoi justifier les centaines d’euros que coûtent les foulards. "Ce qui est important pour les Chinois, c’est qu’on leur raconte des histoires, de jolies histoires… Ils aiment que le tissage ait été fait dans un tout petit village du fin fond de la France".

Changement de décor à Shanghai. Sa démesure, ses millions d’habitants et ses 600 tours… Et l’un des plus grands salons de textiles au monde, où Marie-Hélène va vendre ses carrés de soie. "En Chine, on produit aussi beaucoup de soie, mais en France elle est de meilleure qualité et plus chic", commente une cliente. "Pour une toute petite entreprise de dix personnes de la région Rhône-Alpes, être ici, dans cet immense salon, c’est un peu culotté mais ça nous motive énormément", analyse Marie-Hélène Rivière. "C’est comme aller vendre du sable au Sahara", plaisante-t-elle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne