VIDEO. Suppressions d'emplois à Renault : rupture ou continuité ?

Francetv info

Pour François Lenglet, de France 2, la réduction d'effectifs annoncée mardi par le constructeur français n'est "pas du tout" un tournant. Explications.

Renault annonce la suppression de 7 500 postes d'ici à 2016 ? Pour François Lenglet, rédacteur en chef du service France de France 2, cette décision s'inscrit "dans la continuité du passé" et ne constitue "pas du tout" une rupture dans la stratégie du constructeur automobile. "En 1984, Renault employait presque 100 000 personnes, contre 54 000 aujourd'hui," rappelle-t-il mercredi 16 janvier sur le plateau du 20 heures de France 2.

Le groupe poursuit donc sur sa lancée, pour trois raisons : "un mouvement d'innovation technologique : faire plus avec moins, c'est l'objectif de toutes lesindustries, (...) la chute violente du marché automobile européen (...) et la stratégie de délocalisation en Turquie, au Maroc". Il est impossible de savoir si Renault existera toujours dans vingt ans, selon François Lenglet, qui rappelle que "l'entreprise a failli disparaître dans les années 80 sous le poids des déficits".

Vous êtes à nouveau en ligne