VIDEO. Dati juge "moral" que l'ex-patron d'Air France ne perçoive pas de prime

Francetv info

La maire UMP du 7e arrondissement de Paris a estimé vendredi que Pierre-Henri Gourgeon "était parti dans des conditions difficiles, avec le pactole". "Je serais surprise qu'il le rende", a ajouté l'eurodéputée.

Au lendemain du rejet par les actionnaires de la prime de non-concurrence de 400 000 euros versée à l'ancien directeur général d'Air France lors de son départ, Rachida Dati a estimé vendredi 1er juin sur Europe 1 que Pierre-Henri Gourgeon "était parti dans des conditions difficiles, avec le pactole"

"Je serais surprise qu'il le rende", a ajouté la maire UMP du 7e arrondissement de Paris. "A la limite, cela serait moral que M. Gourgeon ne perçoive pas cette indemnité et n'aille pas travailler pour la concurrence pour préserver les intérêts de la France et de la compagnie", a conclu l'eurodéputée.

Vous êtes à nouveau en ligne