Un salarié sur deux s'estime mauvais en anglais

54% des 18 à 29 ans considèrent qu\'ils doivent mieux parler anglais pour leur avenir professionnel, selon un sondage publié le 20 mai 2014.
54% des 18 à 29 ans considèrent qu'ils doivent mieux parler anglais pour leur avenir professionnel, selon un sondage publié le 20 mai 2014. (PAUL BRADBURY / GETTY IMAGES)

Selon un sondage publié mardi, seuls 23% des travailleurs français affirment n'avoir jamais besoin de la langue anglaise.

"Do you speak english ?" Voilà une question à laquelle de nombreux Français ont visiblement de bonnes chances de répondre : "Pas très bien". 50% des salariés de l'Hexagone se sentent en effet freinés dans leur carrière en raison de leur mauvais niveau en anglais, selon un sondage Opinionway pour Monster*, publié mardi 20 mai. Une compétence pourtant devenue incontournable, dans la mesure où seuls 23% des salariés interrogés affirment n'en avoir jamais besoin.

Dans le détail, c'est dans le Sud-Ouest que les salariés s'estiment les moins mauvais en anglais (40%). En revanche, ceux du Sud-Est s'estiment les plus mauvais (56%). En Ile-de-France, 50% des sondés pensent avoir un niveau suffisant.

Sans surprise, ce sont les jeunes qui ressentent davantage le besoin de maîtriser l'anglais pour développer leur carrière : 54% des 18 à 29 ans considèrent qu'ils doivent mieux parler anglais pour leur avenir professionnel, contre 46% chez les plus de 50 ans.

*Sondage réalisé par l'institut Opinionway auprès d'un échantillon représentatif de 1 060 salariés français, du 19 au 20 mars 2014.