Grands patrons : leurs rémunérations sous surveillance

FRANCE 2

Faut-il ou non encadrer la rémunération des grands dirigeants ? Un décret vient apporter un éclaircissement sur la question. Le vote des actionnaires sur le sujet qui n'était jusqu'alors que consultatif sera désormais contraignant. 

Le salaire des grands patrons sera désormais plus contrôlé par les actionnaires. Rappelez-vous il y a un an, plus de la moitié des actionnaires de Renault, dont l'État, refuse la rémunération de son PDG Carlos Ghosn : 7 250 000 euros. Mais l'avis de ses actionnaires n'est alors que consultatif. Dès demain, samedi 18 mars, leur vote sera contraignant. Marie-Jeanne Pasquette possède des actions dans une dizaine d'entreprises françaises et pour elle c'est une bonne nouvelle.

Un mode de fonctionnement inédit

"Le fait que les actionnaires puissent désormais dire non, ça va prendre de l'ampleur. Ils vont pouvoir arrêter le compteur", explique l'actionnaire. En clair, ils pourront dire oui ou non au mode de calcul des rémunérations des dirigeants. En cas de refus, ces derniers devront leur faire une nouvelle proposition. À partir de l'année prochaine, les actionnaires pourront même suspendre le versement d'une partie de leurs rémunérations. Un mode de fonctionnement inédit.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne