VIDEO. Devenir restaurateur : quand le rêve d'une vie tourne au cauchemar en cuisine

France 2

En France, la durée moyenne de vie d'un restaurant est de deux ans. Pourtant, les patrons font tout ce qu'ils peuvent pour que leur aventure professionnelle ne tourne pas court.

Des gestes qu'il exécute pour la dernière fois. "J'ai donné tout ce que je pouvais. Petit à petit, je perds pied", explique Didier Langlais, avec émotion. Il réalise son ultime service. Ses deux dernières assiettes, il tient à les apporter lui même en salle. La spécialité de la maison : la tête de veau. Une formule qui n'a jamais fait recette. Avec dix couverts en moyenne chaque jour, alors que la salle compte 60 places.

Un restaurant sur deux échoue

Il y a quatre ans, cet ancien fonctionnaire pensait pourtant réaliser le rêve de sa vie en ouvrant son restaurant à Blois (Loir-et-Cher). Mais sans aucune expérience, il a accumulé les erreurs. "J'ai peut-être et sûrement mal choisi mon emplacement. J'ai dû aussi acheter le fonds (de commerce, ndlr) trop cher, je ne sais pas. C'est tout un ensemble de choses", confie Didier Langlais.

Des difficultés que rencontrent de nombreux chefs d'entreprise. En France, un restaurant sur deux ne survit pas au-delà de trois ans, notamment en raison d'un mauvais emplacement ou d'une forte concurrence. Pour s'en sortir, certains font appel à des consultants, comme Sonia Rolland. Elle aide les restaurateurs à soigner la communication et à concevoir des assiettes rentables. Des conseils utiles, qui permettent de faire repartir le chiffre d'affaires, mais qui ont un coût : 3 000 euros pour trois jours d'observation. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne