VIDEO. A l'UMP, Guaino et Lefebvre disent oui à l'entrée de l'Etat dans Alstom

FRANCE 2 / RTL

L'Etat a trouvé un accord avec Bouygues pour entrer au conseil d'administration d'Alstom, dès que l'alliance avec General Electric sera finalisée. Il convoite 20% du capital.

Henri Guaino dit "oui" à l'entrée de l'Etat au capital d'Alstom. Une approbation également exprimée par son collègue Frédéric Lefebvre. Les deux députés UMP se sont exprimés sur le dossier, lundi 23 juin, respectivement au micro de RTL et sur France 2.

"Oui", Montebourg "a eu raison" de se battre

Henri Guaino, qui fut la plume de Nicolas Sarkozy, a jugé que "l'Etat ne pouvait pas se désintéresser de cette affaire", vu "sa responsabilité dans le maintien de notre système productif""On paye là le prix de beaucoup d'erreurs des décennies précédentes, a-t-il déploré. On a laissé démanteler notre système productif."  Le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg, a donc eu raison de se battre ? "Oui, il a eu raison", a estimé le responsable sarkozyste.

Autre sarkozyste, Frédéric Lefebvre s'est dit lui aussi "heureux de la solution trouvée" pour Alstom. "Ça ne me choque pas que l'Etat prenne une participation, du moment que c'est temporaire." "La construction de ce champion mondial franco-américain, c'est l'avenir", a dit le député des Français d'Amérique du Nord.

Vous êtes à nouveau en ligne