Mort du PDG de Total : le conducteur du chasse-neige à l'origine de l'accident placé en détention

Le conducteur du chasse-neige suspecté d\'être à l\'origine du crash de l\'avion de Christophe de Margerie comparaît devant un tribunal de Moscou, le 23 octobre 2014.
Le conducteur du chasse-neige suspecté d'être à l'origine du crash de l'avion de Christophe de Margerie comparaît devant un tribunal de Moscou, le 23 octobre 2014. (REUTERS )

Selon les enquêteurs, l'homme présentait un taux d'alcoolémie de 0,6 g/L de sang au moment de l'accident.

Le conducteur du chasse-neige suspecté d'être à l'origine du crash de l'avion de Christophe de Margerie qui a coûté la vie au PDG de Total, dans la nuit de lundi à mardi, a été placé en détention préventive, jeudi 23 octobre, par un tribunal de Moscou.

Selon les enquêteurs, le conducteur en question, Vladimir Martynenko, avait 0,6 g d'alcool par litre de sang au moment de l'accident, soit, par comparaison, 0,1 g de plus que ce que la législation permet en France. La Russie, elle, applique une tolérance zéro en matière d'alcool au volant.

Sa version des faits différait

L'avocat de Vladimir Martynenko avait pourtant démenti mardi les accusations faisant état de son ébriété, invoquant des problèmes cardiaques qui empêchent son client de boire, mais avait ensuite reconnu que son client avait pu consommer "quelques gouttes" d'alcool.

Le Falcon du PDG du géant pétrolier français était entré en collision avec le chasse-neige sur le tarmac de l'aéroport moscovite de Vnoukovo, avant de s'écraser en provoquant la mort de Christophe de Margerie, des deux pilotes et de l'hôtesse de l'air. Dans les premières images de son interrogatoire, montrées mercredi par les télévisions publiques russes, Vladimir Martynenko a expliqué avoir "perdu [ses] repères". "Je ne me suis pas rendu compte que j'entrais sur la piste de décollage", a-t-il déclaré.