VIDEO. Montebourg : l'Etat votera contre l'indemnité de l'ex-patron d'Air France

Francetv info

L'Etat, actionnaire minoritaire d'Air France-KLM, a décidé de s'opposer au versement d'une prime de 400 000 euros à l'ex-directeur général de la compagnie, a annoncé le ministre du Redressement productif.

Bercy avait évoqué une "abstention" de l'Etat actionnaire, mardi 29 mai. "Nous voterons contre la prime qui a été accordée à l'ancien dirigeant d'Air France et qui a mis la société dans cette grave difficulté, cela s'appelle la décence salariale", a finalement déclaré Arnaud Montebourg, mercredi 30 mai, à la sortie du Conseil des ministres

L'Etat, actionnaire minoritaire à 15% d'Air France-KLM, a décidé de s'opposer au versement de cette prime de non-concurrence de 400 000 euros à l'ex-directeur général de la compagnie Pierre-Henri Gourgeon, a annoncé le ministre du Redressement productif.

"L'Etat est assez offensif et défend l'équilibre et l'esprit de justice, y compris dans les conseils d'administration de ces grandes sociétés, a poursuivi Arnaud Montebourg devant la presse. Partout où l'Etat est majoritaire, il imposera notre politique, c'est-à-dire une politique de limitation de l'échelle salariale. Là où il est minoritaire, il cherchera à convaincre."

La prime versée à Pierre-Henri Gourgeon suscite une polémique depuis sa dénonciation par le syndicat Unsa-aérien, au moment où l'entreprise est engagée dans une restructuration drastique. Le groupe a lancé en janvier un plan d'économies de deux milliards d'euros à l'horizon 2015, dont les mesures structurelles doivent être arrêtées le mois prochain pour une mise en œuvre dès l'été.

Vous êtes à nouveau en ligne