Les moyens limités du gouvernement pour stopper le plan social de Renault Trucks

FRANCE 2

En direct de Matignon, Sophie Brunn explique qu'il sera difficile, pour Manuel Valls, d'empêcher la suppression de 512 postes chez Renault Trucks, filiale du groupe Volvo.

Manuel Valls veut empêcher l'entreprise Renault Trucks, qui appartient au groupe suédois Volvo, de supprimer plus de 500 postes en France. Mais comme l'explique Sophie Brunn, en duplex à Matignon pour France 2, "très concrètement, le gouvernement ne dispose d'aucun levier réel pour contraindre Renault Trucks à 'trouver une autre solution', comme l'a dit le Premier ministre. C'est en effet une entreprise privée, filiale de Volvo, il n'a donc pas d'outils juridiques ou financiers à sa disposition. Aucune loi n'existe qui pourrait interdire les licenciements boursiers."

Emmanuel Macron veut un plan de départs volontaires

Le gouvernement, et notamment le ministère de l'Économie, veulent faire en sorte que ces suppressions de postes se fassent uniquement dans le cadre d'un plan de départs volontaires. "En clair, pas de licenciements. Le ministre de l'Économie Emmanuel Macron a demandé à rencontrer au plus vite les dirigeants de Renault Trucks pour leur faire passer ce message", ajoute la journaliste. Reste à savoir si cette pression verbale fera effet.
 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne