Le salaire des patrons du CAC 40 a augmenté de 34% en 2010

Le PDG du groupe Renault-Nissan, Carlos Ghosn, le 12 septembre 2011.
Le PDG du groupe Renault-Nissan, Carlos Ghosn, le 12 septembre 2011.

La rémunération moyenne des dirigeants des plus grands groupes français s'établit à 4,77 millions d'euros annuels, selon l'étude d'un cabinet spécialisé. Elle est toutefois inférieure à son niveau d'avant-crise.

Le chiffre est impressionnant pour le salarié moyen : la rémunération moyenne des patrons du CAC 40 a augmenté depas moins de 34% en 2010, à 4,11 millions d'euros annuels. Ces chiffres sont issus d'une étude du cabinet Proxinvest, publiée mardi 14 février.

Les chefs d'entreprises du CAC 40 ont rattrapé trois années consécutives de baisse : leur rémunération totale moyenne avait perdu 17% en 2007, puis 25% en 2008 et 14% l'année suivante. Malgré le bond spectaculaire de 2010, elle ne revient pas à son niveau d'avant-crise : la moyenne observée était de 5,7 millions en 2006, précise Proxinvest.

Les PDG de L'Oréal, LVMH et Renault en tête des rémunérations

Onze dirigeants français dépassent pour 2010 les 240 smics par an (douze mois de smic représentaient 16 125 euros en 2010), seuil de comparaison utilisé par Proxinvest.

En tête : Jean-Paul Agon, qui dirige L’Oréal (10,7 millions d'euros), le patron de LVMH, Bernard Arnault (9,7 millions d'euros), et Carlos Ghosn (Renault: 9,7 millions d'euros). Arrivent ensuite les dirigeants de Dassault Systèmes, Danone, Publicis, Sanofi Aventis...

Il faut toutefois noter que ces rémunérations valorisent les stocks options et actions gratuites (30% de la rémunération totale) à la date d'attribution et ne tiennent donc pas compte de la chute des cours enregistrée depuis. Elles ne prennent pas en compte les régimes de retraite supplémentaire.

La politique de rémunération moins transparente que dans d'autres pays

"La transparence des grandes sociétés françaises et la lisibilité des performances est inférieure à celle observée dans les pays où les dirigeants sont responsables de leur politique de rémunération devant l’assemblée générale des actionnaires", note Proxinvest, qui appelle à un vote annuel sur la rémunération par cette assemblée.

Hors CAC 40, les présidents exécutifs des 80 autres sociétés de l’indice SBF 120, qui comprend le CAC 40 et les 80 valeurs les plus liquides du premier marché, ont vu leur rémunération totale atteindre 2,08 millions d'euros, en hausse de 31% en 2010.

Vous êtes à nouveau en ligne