Le propriétaire de Dim envisage de supprimer 400 emplois en France

En septembre 2014, le fonds d\'investissement américain Sun Capital Partners a cédé le groupe de sous-vêtements DBApparel, qui compte les marques Dim, Playtex et Wonderbra, au groupe américain HBI pour 400 millions d\'euros.
En septembre 2014, le fonds d'investissement américain Sun Capital Partners a cédé le groupe de sous-vêtements DBApparel, qui compte les marques Dim, Playtex et Wonderbra, au groupe américain HBI pour 400 millions d'euros. ( MAXPPP.)

Selon "Le Parisien", les suppressions d'emplois envisagées seraient d'abord des départs volontaires ou des départs en préretraite. 

Voilà qui risque d'inquiéter les salariés. Le groupe textile américain HanesBrands (HBI), propriétaire des marques de sous-vêtements Dim, Playtex et Wonderbra, envisage de supprimer 400 emplois en France, annonce Le Parisien, mardi 7 avril.

En septembre 2014, le fonds d'investissement américain Sun Capital Partners avait cédé le groupe de sous-vêtements DBApparel, qui compte les marques Dim, Playtex et Wonderbra, au groupe HBI pour 400 millions d'euros.

"Hanes envisage de supprimer 400 emplois dans toutes ses implantations en France, dont 160 au minimum à Autun (Saône-et-Loire), où Dim emploie actuellement 1 010 personnes", indique le quotidien.

A Autun, la fabrication et la logistique épargnées ?

"Les 400 suppressions d'emplois devraient être officialisées dans les prochains jours", selon Le Parisien, qui explique qu'elles consisteraient "d'abord [en] des départs volontaires ou des départs en préretraite, dans le cadre d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) qui reste à définir".

A Autun, où a été fondé Dim, en 1956, "les suppressions d'emplois ne concerneraient ni la fabrication des collants et des bas, ni le C3D, qui assure la logistique pour l'Europe. En revanche, les 160 suppressions de postes frapperaient tous les autres corps de métier", précise le journal.