Patrick Drahi, le patron de SFR, rachète un câblo-opérateur américain pour 15,7 milliards d'euros

Patrick Drahi, le 17 mars 2014 lors d\'une conférence de presse à Paris. 
Patrick Drahi, le 17 mars 2014 lors d'une conférence de presse à Paris.  (ERIC PIERMONT / AFP)

Altice, la maison mère de Numericable-SFR, absorbe Cablevision, le quatrième câblo-opérateur américain.

Son appétit semble insatiable, et ses ressources financières inépuisables. Patrick Drahi, le patron d'Altice, la maison mère de Numericable-SFR entre autres, va racheter pour 17,7 milliards de dollars (15,7 milliards d'euros) le quatrième câblo-opérateur américain, Cablevision. 

Cette nouvelle étape dans la construction de l'empire des télécoms et des médias du milliardaire a été confirmée par Altice jeudi 17 septembre, avant la participation des deux dirigeants du groupe, Patrick Drahi et Dexter Goei (son directeur général), à une grand-messe des télécoms à New York. Pour y parvenir, Altice a proposé aux actionnaires 34,90 dollars (30 euros) par action Cablevision, soit plus de 6 dollars de plus qu'à la clôture du titre mercredi soir à Wall Street.

"La stratégie d'Altice sur le marché important et hautement stratégique des États-Unis est renforcée avec l'acquisition de Cablevision", a commenté Patrick Drahi dans un communiqué.

S'endetter pour fusionner

La méthode de Patrick Drahi, troisième fortune de France, est désormais rodée : il endette sa société pour fusionner à vive allure des opérateurs spécialisés dans le câble et les télécoms, mais aussi acquérir des titres de presse et des chaînes de télévision. Il a déjà accroché à son tableau de chasse Numericable-SFR, NextRadioTV (BFMTV et RMC), Libération et L'Express en France, mais aussi Portugal Telecom ou encore la chaîne d'information i24news en Israël.

Seul hic dans son ascension, sa dette évaluée à environ 33 milliards d'euros et critiquée par le gouvernement, qui redoute les conséquences d'un éventuel effondrement du groupe pour l'économie française.

Vous êtes à nouveau en ligne