L'Urssaf demande à Uber de donner le statut de salariés à ses chauffeurs

France 3

Uber est bien dans le collimateur de l'administration. À Paris, l'Urssaf considère que les chauffeurs qui travaillent pour la plateforme de réservations de VTC doivent être considérés comme des salariés.

Gilbert Gravelot, 50 ans, est autoentrepreneur. Il a monté sa propre société de véhicule de tourisme avec chauffeur (VTC) et il travaille notamment avec Uber. Pour lui, pas question de devenir salarié de l'entreprise américaine. "Je travaille avec plusieurs applications. Je suis libre", explique Gilbert.

Pas pour l'Urssaf qui voit un lien clair de subordination entre la plateforme et ses conducteurs. L'organisme de recouvrement des cotisations sociales veut donner le statut de salariés à ces chauffeurs.

"Uber travaillerait à perte"

Uber a refusé de payer le redressement de quelques millions d'euros. "Si Uber requalifiait tous ses chauffeurs, elle travaillerait à perte. Elle ne pourrait pas payer les charges sociales de tous ses chauffeurs et être compétitive au niveau du prix", estime Mohammed Radi, un ancien chauffeur Uber.

Les procédures lancées par l'Urssaf, courant 2015, ne devraient toutefois pas aboutir avant au moins cinq ou six ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne