Belfort : mobilisation générale pour les salariés de General Electric

Ils étaient 5 000 réunis pour sauver les emplois de General Electric. Tous ont défilé dans les rues de Belfort. Tout un bassin de population et d'activité mobilisé avec la présence de personnalités politiques.

Union sacrée dans les rues de Belfort (Territoire de Belfort) samedi 22 juin. Jean-Luc Mélenchon y a même fait sa rentrée politique après son échec aux Européennes. Mais quelque peu gêné de s'afficher entre le maire Les Républicains et le Medef. "C'est le genre d'événement qui est assez rare dans notre histoire quand une population se regroupe pour toute une cause", a-t-il tout de même concédé. L'intersyndicale de General Electric a su mobiliser. Au total, plus de 5 000 manifestants étaient venus en nombre pour soutenir les salariés. "S'il n'y a pas de General Electric à Belfort, ça va être catastrophique pour tous les commerces", avance une femme. "General Electric est un rouleau compresseur américain. Ça ne se rend pas compte de ce genre de choses", tempère un homme.

1 044 supprimés

Le plan social prévoit la suppression de 1 044 postes, un plan officiellement lancé samedi. Belfort demande la réaction du gouvernement à l'image du maire LR de la ville, Damien Meslot. "J'attends du président de la République, du gouvernement, qu'il fasse pression sur General Electric pour que ça bouge enfin. Nous avons des propositions concrètes, il appartient au gouvernement de les mettre en œuvre." Prochaine étape : jeudi 27 juin. L'intersyndicale assigne General Electric en justice et demande la suspension du plan social.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne