Free fait sauter les prix de la téléphonie mobile

Xavier Niel, fondateur de Free, présente ses offres de téléphonie mobile à l\'occasion d\'une conférence de presse, le 10 janvier 2012 à Paris. 
Xavier Niel, fondateur de Free, présente ses offres de téléphonie mobile à l'occasion d'une conférence de presse, le 10 janvier 2012 à Paris.  (BENOIT TESSIER / REUTERS)

L'opérateur a présenté mardi ses offres de forfaits pour portable et fait une entrée fracassante sur le marché de la téléphonie mobile.  

Pour Free Mobile, c'est le grand jour. La branche de téléphonie mobile du groupe de Xavier Niel est lancée mardi 10 janvier, après un long suspense entretenu par Free. Une entrée fracassante qui entend redessiner le paysage concurrentiel jusque-là encadré par les trois opérateurs historiques, Orange, SFR et Bouygues.  

Annoncée la veille, la conférence de presse était très attendue. Après un court film parodique visant à présenter des opérateurs traditionnels hostiles à l'arrivée d'un concurrent, Xavier Niel a entamé une présentation à la Steve Jobs, entre remarques acerbes et poses décontractées. 

• Les deux forfaits de Free 

1/ Un "forfait idéal" à 19,99 euros

Sous les applaudissements et la larme à l'œil, le patron de Free a conclu une conférence riche en annonces chocs. Parmi elles, le développement de ce que Xavier Niel appelle son "forfait idéal", à 19,99 euros par mois (15,99 euros pour les abonnés internet Free). Voici ses principales caractéristiques : 

• Une offre sans engagement de durée 
• Les appels illimités vers 40 destinations internationales
• Les SMS et MMS illimités
• Internet à 3 Go 

Le terminal (téléphone) n'est pas compris dans le prix. Pour bénéficier de cet abonnement, il faut donc acheter son appareil.

2/ Un forfait basique à 2 euros

Ce forfait à 2 euros donne accès à une heure de communication et 60 SMS par mois. "C'est de la corruption, mais je vous offre à tous un forfait à 2 euros", a plaisanté Xavier Niel en distribuant des pièces à l'assemblée, essentiellement composée de journalistes. 

Ce forfait est offert aux usagers de la Freebox.

• La couverture du réseau : assurée par… Orange

Si Xavier Niel a promis dès à présent "une couverture quasi-totale" en France et à l'étranger, c'est grâce à Orange. Free Mobile ne couvre actuellement qu'environ 30 % du territoire, mais s'appuie, pour compenser, sur le réseau de son concurrent (95 % de l'Hexagone, 99 % de la population), notamment pour les technologies 2G et 3G.

A l'annonce de ce partenariat, en mars 2011, Orange a précisé que Free Mobile a "pris l'engagement dans sa licence de déployer d'ici 2018 un réseau en propre couvrant au moins 90 % de la population".

Les clients Orange vont-ils pâtir de l'arrivée de millions de nouveaux clients Free sur leur réseau, et voir leur débit diminuer lorsqu'ils regardent des vidéos ou surfent sur le net avec leur mobile ? Est-ce qu'Orange va donner la "priorité" à ses abonnés ?

A noter aussi que Free a été évincé de la licence 4G très haut débit accordée le 22 décembre à Bouygues Télécom, Orange et SFR. Ces derniers devraient lancer des offres bénéficiant de cette technologie dès cette année.

• La riposte des concurrents : des offres "low cost" sans engagement 

Ils s'appellent Sosh chez Orange, B&You chez Bouygues ou Red chez SFR : les trois opérateurs historiques ont proposé ces derniers mois des forfaits low cost, sans engagement, destinés à retenir la migration de leur clientèle. Surtout, ils ciblent les utilisateurs de smartphones.  

• Chez Bouygues, l’offre B&You commence à 24,90 euros par mois et donne accès aux appels, SMS et MMS illimités 24 h/24 ainsi qu’à internet via Wi-Fi illimité 3G+ à 100 Mo.

• SFR commence son offre Red à 12 euros par mois pour 30 minutes d’appels, MMS et SMS illimités, mais sans l'internet mobile. Le prix pour 3 heures de communication est de 19 euros. L'internet mobile n'est accessible qu'à partir de 29 euros pour des connexions en 500 Mo et 8 heures de communication. Enfin, une offre comprenant 2 heures d’appels et internet illimité en 2 Go coûte 34 euros.

• Orange a pour sa part sorti une offre Sosh début octobre, dont les prix débutent à 19,90 euros par mois pour 2 heures d’appels et 500 Mo d’internet sur le réseau 3G. La plus chère de ces offres donne accès aux appels illimités et à internet 1 Go. Elle coûte 39,90 euros.  

"C'est le jour J pour Free, nous allons les laisser savourer leur journée, a expliqué une porte-parole d'Orange jointe par Le Point.fr. Mais que nos clients se rassurent, nous allons revenir vers eux pour leur parler des propositions que nous avons préparées pour eux. Nous nous sommes préparés au lancement de Free Mobile."

• La téléphonie mobile : un marché désormais mature 

"C'est vous les pigeons, parce que moi, je suis déjà passé chez Free Mobile", a ironisé Xavier Niel en début de conférence de presse, avant de détailler ses offres. "On pense que c'est le tarif des marchés, maintenant il faut que nos concurrents viennent nous rejoindre et sinon, répète-t-il, vous êtes des pigeons !"

L'alignement des prix à la suite de l'offensive de Free est inévitable. Interrogé par le quotidien économique La Tribune, le responsable des technologies de l'information à l'UFC-Que Choisir, Edouard Barreiro, explique : "Lorsque le marché devient mature, Orange, SFR et Bouygues, qui détenaient respectivement 45 %, 35 % et 15 % du marché mobile en France, réalisaient des marges brutes si confortables - de 30 % à 40 % - qu'aucun d'eux n'avait intérêt à bouleverser cet équilibre." 

Free et ses pratiques, souvent qualifiées de "méthodes de pirate", ont mis, après des mois de secret et quelques minutes de communication, le marché de la téléphonie mobile sens dessus dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne