France. La sécurité pèse lourd sur les billets d'avion

Un policier vérifie le contenu d\'un bagage à un poste de contrôle de l\'aéroport de Roissy.
Un policier vérifie le contenu d'un bagage à un poste de contrôle de l'aéroport de Roissy. (THOMAS COEX / AFP)

En moyenne, la taxe pour la sécurité coûte 11 euros dans les aéroports français, quatre fois plus que dans le reste de l'Europe, selon le JDD.

Trop chère la taxe pour la sécurité dans les aéroport français ? Selon le Journal du dimanche, qui s'appuie sur une étude confidentielle réalisée fin 2011 pour l'Union des aéroports français (UAF), "cette taxe se chiffre en moyenne à 11 euros dans l'Hexagone, contre 3 euros dans le reste de l'Europe". Cette taxe permet de financer les contrôles, comme lorsqu'on se fait confisquer sa bouteille d'eau ou qu'il faut ôter sa ceinture avant de passer sous un portique.

"Ce dérapage est d'autant plus surprenant que les coûts sont strictement encadrés par l'État", écrit le journal. "Pour tous, la taxe est même limitée à 12 euros par billet. Un plafond qu'atteignent la plupart des grands sites comme Orly, Roissy, Toulouse ou Nice". Alors que la taxe s'élève à 3,80 euros à Bora Bora, toujours selon le JDD, Beauvais, le moins cher des dix plus gros aéroports de France, assure ses contrôles pour 7,30 euros.

Ces hauts niveaux s'expliqueraient pas la hausse des dépenses nécessaires pour assurer la sécurité alors que les aéroports ont recours à des sociétés extérieures. A tel point que "pour éviter à l'État d'avoir à combler les dizaines de millions qui manquent chaque année aux aéroports français, il a fallu imaginer une nouvelle taxe, qui se greffe au prix du billet. Faute d'être indolore, elle est invisible pour le voyageur, nichée dans la taxe dite 'aviation civile' perçue au titre du contrôle aérien et des révisions techniques des avions. Une redevance qui se monte désormais à 5,5 euros - voire 8 - selon les destinations".

Vous êtes à nouveau en ligne