Economie : les industriels ont le moral dans les chaussettes

Avec 90 points au mois d\'août 2012, l\'indicateur du moral des industriels français est au plus bas depuis 2010, selon l\'Insee.
Avec 90 points au mois d'août 2012, l'indicateur du moral des industriels français est au plus bas depuis 2010, selon l'Insee. (CULTURA RF / GETTY IMAGES)

Malgré une légère remontée en août, l'indicateur du climat des affaires est à son niveau le plus bas depuis 2010.

ECONOMIE - Malgré le soleil estival, les patrons de l'industrie française font toujours grise mine. L'indicateur synthétique du climat des affaires dans l'industrie s'établit à 90 points, a annoncé l'Insee mercredi 29 août. Un niveau inférieur à sa moyenne de long terme, et surtout le plus bas depuis début 2010. 

Selon l'institut de la statistique, les entrepreneurs de l'industrie manufacturière estiment que leur activité passée a été peu dynamique. Ils constatent surtout que les carnets de commandes sont très peu fournis et continuent de se dégrader. Et si les commandes étrangères remontent un peu, elles restent faibles. Les stocks de produits finis, eux, restent stables, à un niveau proche de leur moyenne de longue période.

Une reprise de l'activité dans les mois à venir ?

L'opinion des industriels sur l'activité de l'industrie dans son ensemble reste stable. C'est-à-dire à un niveau très bas. "L'allure est partout dégradée, indiquant que pour chaque secteur mentionné, le rythme de l'activité est plus lent que le rythme moyen observé historiquement", explique Philippe Waechter, directeur de la recherche économique chez Natixis AM. Ce dernier estime que les chiffres de croissance et d'emploi "vont rester médiocres" et qu'aucun retournement de situation n'est attendu.

Seule lueur d'espoir dans cette ambiance de marasme, les perspectives de production se sont améliorées au mois d'août. Dans les prochains mois, les chefs d'entreprise espèrent une activité "mieux orientée", tout en prédisant qu'elle restera faible. Des chiffres pas vraiment réjouissants qui, selon Tullia Bucco, économiste chez Unicredit, laissent entrevoir une "modeste contraction" du produit intérieur brut français (PIB) au troisième trimestre 2012 avant une "reprise progressive vers la fin de l'année".

Vous êtes à nouveau en ligne