Le tribunal rejette les offres de reprise de la SNCM

Un navire de la SNCM, à Marseille, le 3 juin 2015.
Un navire de la SNCM, à Marseille, le 3 juin 2015. (GERARD BOTTINO / CITIZENSIDE.COM / AFP)

Un nouvel appel à candidatures est ouvert pour reprendre la société de ferries, qui rencontre de graves difficultés depuis plusieurs années.

Le tribunal de commerce de Marseille a rejeté, mercredi 10 juin, les trois offres de reprise de la compagnie maritime SNCM, en redressement judiciaire. Les juges ont demandé aux administrateurs judiciaires de procéder à un nouvel appel d'offres de reprise.

Le tribunal a fixé une nouvelle audience le 25 septembre (après la saison d'été) pour examiner les propositions qui lui seront soumises. Le 27 mai, lors d'une audience, le tribunal avait examiné les offres déposées par trois candidats : le groupe corse Rocca, l'ex-directeur du port de Marseille Christian Garin, et Baja Ferries, dirigé par Daniel Berrebi.

Un représentant syndical satisfait

Au cours de l'audience à huis clos, le procureur de la République de Marseille, Brice Robin, avait requis en faveur de l'offre présentée par Daniel Berrebi. Tout en ménageant l'offre concurrente du groupe corse Rocca, il avait en revanche clairement écarté celle de Christian Garin. Le juge-commissaire avait de son côté estimé que l'offre de Rocca était la meilleure, selon des représentants du personnel présents à l'audience.

"On enregistre avec satisfaction le fait que le tribunal n'ait pas cédé aux pressions", a réagi mercredi Maurice Perrin, le représentant syndical CFE-CGC. Dans une récente lettre adressée à l'un des repreneurs potentiels dont l'offre a été rejetée, la direction générale de la concurrence de la Commission européenne avait en effet souligné "que la prolongation d'observation pour une période de 3 ou 4 mois soulèverait des difficultés".

 

Vous êtes à nouveau en ligne